Février 2020

26 decembre 2019 56 2

 

  • Nom du fichier : Echotier fevrier 2020 couverture
  • Taille : 457.09 Ko

Télécharger

  • Nom du fichier : Echotier fevrier 2020 texte
  • Taille : 914.18 Ko

Télécharger

  • Nom du fichier : Echotier fevrier 2020 4e de couv
  • Taille : 1017.06 Ko

Télécharger

EDITORIAL :

2019 a marqué le 75ème anniversaire de la bataille des Ardennes et, dans notre Secteur, celui du tragique Noël 1944 à Sainlez. Nous avons voulu nous associer à la grande foule rassemblée ce 26 décembre dernier à l’église, au monument et à la maison de village pour célébrer cette mémoire blessée.

A Sainlez, disait Philippe Moline dans son homélie, Noël ne se fête pas, il se célèbre.

Une partie de ce N° de l’échotier fera écho de ces temps forts, par l'image et surtout par l’éditorial qui reprend l’intégralité du discours prononcé au monument par le bourgmestre de la commune de Fauvillers, Nicolas Stilmant. Nous le remercions de nous avoir donné l’autorisation de l’éditer.

RK


Chères citoyennes, chers citoyens,

Chers habitants de Sainlez,

Chers amis porte-drapeaux et représentants des Anciens Combattants,

Chers élèves des écoles communales, qui êtes présents aujourd’hui pour reprendre avec nous la flamme du souvenir et de la mémoire,

Merci pour les attentions que vous avez témoignées à l’occasion de ce 75e anniversaire de la tragédie qui a frappé le village de Sainlez lors de la bataille des Ardennes. Merci pour les mots que vous avez choisis, pour les drapeaux que vous avez arborés, pour les dessins que vous avez déposés. Ce sont des traces de ce souvenir que vous maintenez vivant. Des traces éphémères, temporaires, mais toutes les traces sont fugitives. Le plus important est de les renouveler, c’est le sens des gestes que vous posez aujourd’hui.

Que reste-t-il des événements qui se sont déroulés il y a 75 ans ? De la bataille des Ardennes, il y a les documents compilés dans les livres d’Histoire, il y a les pièces conservées dans les musées et, notamment, au sein du Bastogne War Museum.

C’est notre Histoire. Nous connaissons ce récit de la première libération, en septembre 1944. Cette période de bonheur et de paix retrouvée qu’on espère définitive. On commence à vivre comme avant, à remettre les choses en ordre, le village, on va rechercher la cloche de l’église qui avait été réquisitionnée. On vit à nouveau, on croit le temps de l’insouciance revenu.

Puis, décembre 1944, ce dernier coup de folie d’Hitler qui veut reprendre Anvers en passant par les Ardennes. Les armées allemandes ne parviendront jamais à atteindre l’objectif de l’offensive Von Rundstedt, mais elles sèmeront à nouveau la mort et la désolation dans nos belles contrées. C’est l’incompréhension devant les réfugiés qui fuient les premières lignes de combat. Ce n’est pas possible, ils reviennent.

Du 22 au 26 décembre, les blindés du général Patton traversent notre commune pour reprendre Bastogne.

Des manœuvres tactiques, de la stratégie militaire, des combats, de l’histoire militaire, il reste des traces encore enfouies dans notre campagne. Dans l’immédiate après-guerre, il était courant de récupérer des ogives d’obus, de les transformer en vase, en cruche, en jouet même… Aujourd’hui, on retrouve encore, en fouillant les champs de bataille, des fusils, des armes, rouillés, presque plus reconnaissables. Le temps a passé, 75 ans nous séparent du dramatique Noël 1944, toute une vie, et pourtant c’était hier au regard de l’Histoire.

Que reste-t-il des nuits passées dans les caves, du froid – mordant –, de la faim, de la maladie, de la fatigue ? Que reste-t-il de la fuite devant les combats, de la peur, du désarroi, du désespoir, de l’effarement, et des larmes, celles qui ont coulé ou celles qui se sont taries ? Il reste ces mots d’Albert Boeur, instituteur du village, lors de la messe en l’honneur des victimes : « Le vacarme meurtrier augmente, les avions survolent le village, égrenant leur chapelet de mitrailles, semant la ruine, l’incendie, la misère. Les maisons brûlent, les gens sont terrassés par la peur. On oublie tout, on ne voit plus rien, on cherche à sauver sa vie, on prie, on pleure. »

Sainlez est un village martyr, comme il y en eut d’autres, mais il occupe un statut incomparable pour nous. Aujourd’hui encore, ce sont nos disparus que nous pleurons, ce ne sont pas des victimes anonymes, ce sont nos semblables, qui ont foulé ces rues, qui ont prié dans cette église, qui ont foulé les bancs de l’ancienne école où nous nous réunirons tout à l’heure. Pour reprendre les mots d’Albert Boeur, encore, lors de la messe en mémoire des disparus, ce sont le brave Joseph Reyter, Joseph Didier, le fervent chrétien, et ses sept chérubins, Félicie Koenig, l’épouse modèle, Gustave Grégoire, l’homme aux mille services, ou encore Clarisse Chevigné, la fille courageuse. Chaque disparu laissait derrière lui un vide, un souvenir impérissable.

Des morts, de nos chers disparus, les survivants ont gardé en leur âme, tout au long de leur vie, des lignes de faille. Des lignes discrètes, inconnues pour celui qui n’y prend pas garde, mais qui n’ont cessé, de temps en temps, de se rappeler à eux sous forme de tremblements de cœur, des tremblements de plus en plus légers au fil des années, mais jamais tout à fait guéris. C’est une trace intime, secrète, mais combien importante. C’est la preuve qu’une vie, même brève, même arrachée à la jeunesse, peut laisser une trace, peut rester comme une lumière, un guide dans les moments d’obscurité.

Dans le village, les traces des combats ont disparu. Sainlez était en ruines après la bataille, plus rien ne demeurait intact, à part le vieux fournil. Les maisons ont été reconstruites, petit à petit, en prenant le temps de recouvrir les souvenirs, de rebâtir les pièces de vie, d’y ranimer la flamme de l’existence, d’accueillir la lente théorie des jours, qui apporte peu à peu des bonheurs au quotidien, qui restaure l’espoir. Les champs ont été ressemés, les étables ont accueilli de nouveaux élevages, de nouveaux vêlages. Les arbres ont été replantés, les forêts entretenues. L’école a rouvert ses portes. Les générations ont grandi.

Pourtant, celui qui sait regarder verra une trace indélébile au cœur de Sainlez. Cette vie qui a repris, ces valeurs communes que les villageois ont continué à partager, la confiance en l’être humain qui s’est maintenue, malgré tout, sont les traces du courage des survivants, de ceux qui restent, leur force, leur incroyable capacité à rebondir, cette résilience qui leur a permis de reconstruire, comme un bourgeon frappé par le gel qui s’ouvre cependant, comme un arbre déraciné dont les branches repartent vers le ciel. Cette trace, elle est au cœur même de Sainlez.

Puis, il y a tout le travail de mémoire, qui est visible aussi à Sainlez. Les témoignages qui ont été recueillis, les photographies, les objets, les documents, qui ont été récoltés et qui sont soit conservés dans le musée de la Mémoire civile, soit mis en valeur sur les panneaux pédagogiques de la balade. Ce sont des traces précieuses, qui permettent de garder le souvenir de ces événements pour les jeunes générations. Cette mémoire doit perdurer. La présence de l’ensemble des générations et de nombreux enfants aujourd’hui est un signe que nous pouvons avoir confiance dans le fait que Sainlez n’oubliera jamais. C’est la voix des enfants de Sainlez, la voix que les élèves de nos écoles ont traduit dans leurs mots, dans leurs dessins, la voix que Pauline a portée au 18e anniversaire de notre future Reine, la princesse Elisabeth, c’est la voix que nous souhaitons partager au sein du réseau des communes reconnues « Territoire de Mémoire » que nous inaugurerons aujourd’hui après-midi.

Sainlez n’oubliera jamais la douleur, la dévastation, les disparus, les heures sombres que le village a traversées. 

Sainlez n’oubliera jamais que des familles ont été dévastées, que d’un village entier, il ne restait plus que ruines.

Sainlez n’oubliera jamais que des ruines, une génération courageuse s’est levée, a reconstruit, a bâti, a redonné place à la vie, a permis à l’espoir de renaître des cendres.

Sainlez n’oubliera jamais qu’il est toujours possible de se relever.

Sainlez n’oubliera jamais combien il est précieux de voir ses enfants grandir en paix et en liberté, et combien il est indispensable de préserver ces deux bougies fragiles de nos démocraties.

A l’heure où des guerres ravagent plusieurs régions du monde depuis des années, où les frontières se referment, où la jeunesse a parfois peur pour son avenir, où la tentation des extrêmes gangrène nos sociétés, les enfants de Sainlez savent qu’il faut rester vigilant et que rien n’est jamais acquis.

Les enfants de Sainlez reconnaissent les traces de notre humanité commune dans le regard de ceux qui fuient la guerre, les désastres, n’importe où dans le monde.

Les enfants de Sainlez savent, comme l’a écrit un officier allemand sur le tableau noir de l’école de Champs, le 25 décembre 1944, que « La vie nous est donnée pour nous aimer et nous estimer les uns les autres ».

Ces valeurs sont les traces de l’histoire de notre village, ce sont les traces que nous ont laissées ce Noël tragique, parce que du drame doit ressortir l’espoir, malgré tout, parce que de la tragédie est ressortie la force de la vie.

Ces traces, elles peuvent être transformées en poésies ou en dessins, elles peuvent être conservées dans des musées. Peu importe le moyen. Chaque génération doit trouver sa manière de les préserver et de les transmettre. Ce qui compte, c’est qu’elles demeurent vivantes en chacune et chacun d’entre nous. C’est que nous en soyons les témoins, que nous les portions dans le monde, autour de nous.

Depuis 75 ans, nous nous souvenons. Nous sommes toujours là. Nous sommes toujours nombreux. Parce que nous croyons qu’il est essentiel de conserver le message de Sainlez.

Merci à vous toutes et tous, pour votre présence, et merci aux jeunes générations. Nous savons que nous pouvons compter sur vous pour entretenir la mémoire de Sainlez. Nous l’entretiendrons avec vous.

Discours du bourgmestre N. Stilmant à l'occasion du 75e anniversaire de Noël 44 à Sainlez


 

PROCHAINES CELEBRATIONS

Samedi 1er Février :

  • 18h00, RADELANGE : Bénédiction des cierges – Messe de la chandeleur – Bénédiction de saint Blaise
  • 19h15, FAUVILLERS : Bénédiction des cierges- Messe de la chandeleur- M. Nicolas Simon, Carmen Huberty et défts Simon-Huberty – M. Marie-Elisabeth et Charles de La Vallée Poussin – Bénédiction de saint Blaise

Dimanche 2 février : Présentation du Seigneur au temple (chandeleur)

  • 09h30, SAINLEZ : Bénédiction des cierges – Messe de la chandeleur – M. Roger Dominique et Marcel Lambert – Bénédiction de saint Blaise
  • 10h45, MARTELANGE : Bénédiction des cierges – Messe de la chandeleur - Bénédiction de saint Blaise
  • 11h00, HOLLANGE : Bénédiction des cierges – M. Félicien Déom, Yvonne Kemps, Willy et Danielle Déom – Messe de la chandeleur – Bénédiction de saint Blaise

Lundi 3 février : St Blaise – Neuvaine à ND de Lourdes

  • 18h30, BODANGE : Chapelet – M. à N.D. de Lourdes pour tous les zélateurs et zélatrices défunts des « Amis de Lourdes » – M. Yvon Crochet

Mardi 4 février : Ste Véronique – Neuvaine à ND de Lourdes

  • 18h30, MENUFONTAINE : Chapelet – M. à ND de Lourdes – M. pour les bienfaiteurs de la chapelle de Hotte – M. à ND de Lourdes pour la famille Wuidar-Flamant

Mercredi 5 février : Ste Agathe – Neuvaine à ND de Lourdes

  • 18h30, WISEMBACH : Chapelet – M. à ND de Lourdes

Jeudi 6 février : St Paul Miki et ses compagnons – Neuvaine à ND de Lourdes

  • 18h30, TINTANGE : Chapelet – M. à Notre Dame de Lourdes pour les malades de nos familles et de nos paroisses – M. défts famille Reisdorf – M. Jean Gabriel et Monique Dewez – M. défts Kauffmann-Peiffer – Bénédiction de saint Blaise

Vendredi 7 février : Neuvaine à ND de Lourdes

  • 18h30, SAINLEZ : Chapelet – M. à ND de Lourdes

Samedi 8 février : Neuvaine à ND de Lourdes

  • 18h30, HONVILLE : Chapelet – M. en l’honneur de ND de Lourdes aux intentions de tous les participants – M.A. Sylvie Conrard et Théo Grandjean – M. Andrée Evrard – M. Maria-Joséphine Lambin – M. défts Parache-Georges – M défts Lalande-Résimont – M. Louis Lockman et ses parents – M. défts Georges-Georges

Dimanche 9 février : 5ème dimanche dans l’année C – Catéchèse communautaire – Neuvaine à ND de Lourdes

  • 09h30, Martelange : Catéchèse communautaire (adultes, jeunes, enfants).
  • 11h00, MARTELANGE : Eucharistie de Secteur en l’honneur de ND de Lourdes (Neuvaine) - M.A. Louis Moline et Maria Richard – M. Pierre Erneux et défts Erneux-Yernaux

Lundi 10 février : Ste Scholastique – Neuvaine à ND de Lourdes

  • 18h00, Fauvillers : Chapelet – M. en l’honneur de ND de Lourdes aux intentions de tous les participants

Mardi 11 février : ND de Lourdes – Clôture de la neuvaine de prière à ND de Lourdes

  • 18h30, RADELANGE : hapelet – M. en l’honneur de ND de Lourdes aux intentions de tous les participants

Samedi 15 février :

  • 18h00, WISEMBACH : M. pour la paroisse

Dimanche 16 février : 6ème dimanche dans l’année A

  • 09h30, SAINLEZ : M. défts Barthélemy-Lafontaine – M. André Dewez et Claire Grégoire – M. Jeaninne et Emile Meinguet – M. époux Nézer-Fox.
  • 10h45, MARTELANGE : M.A. Célestine Fournier – M. défts Willaime-Carette.
  • 11h00, HOLANGE : M. pour la paroisse

Jeudi 20 février :

  • 18h30, WARNACH (chapelle des Frênes) : Eucharistie communautaire

Vendredi 21 février :

  • 18h30, SAINLEZ : M.F. pls défts

Samedi 22 février : Chaire de Pierre, apôtre

  • 18h00, WARNACH : M.A. abbé Jean-Maurice Jacques – M.A. Maria Kanivé et parts défts – M. défts Dias-Caneja – M. Agnès Pirson – M.F. Paul et Marie Simon – M.F. Georgette, François et René Engels.
  • 19h15, FAUVILLERS : M. Claude de Liedekerke – M. Père Ghislain Cravatte et défts Noël-Cravatte

Dimanche 23 février : 7ème dimanche dans l’année A

  • 09h30, SAINLEZ : M.A. Julien Fox et Marie Pierlot – M. Alphonse Chevigné et défts Chevigné-Gouverneur – M. défts Barthélemy-Lafontaine – M.F. Marie-Louise Gangler et défts Gangler-Géhenge.
  • 10h45, MARTELANGE : M. défts Audrit-Reding

Mercredi 26 février : Mercredi des cendres, jour de jeûne – entrée en Carême

  • 18h30, MARTELANGE : Messe et imposition des cendres.
  • 19h30, SAINLEZ : Messe et impositions des cendres

Samedi 29 février :

  • 18h00, WISEMBACH : M.A. Rose Marie Welwaert – M. défts Zeipen-Simon.
  • 19h15, MENUFONTAINE : M. pour la paroisse

Dimanche 1er mars : 1er dimanche de Carême A

  • 09h30, SAINLEZ : M. Roger Dominique et Marcel Lambert.
  • 10h45, MARTELANGE : M. pour la paroisse.
  • 11h00, TINTANGE : M. Jean Gabriel et Monique Dewez – M. Josianne Lucas
  •  

INFOS DU SECTEUR

DÉCÈS

Nous recommandons à votre prière :

  • Madame Lucie Dessoy de Fauvillers

 

PROCHAIN N° DU BULLETIN PAROISSIAL « L’ÉCHOTIER »

Le prochain N° parviendra aux abonnés fin février; toutes les annonces et intentions de messe susceptibles d’y figurer doivent parvenir au secrétariat paroissial pour le 1er février.

 

À LIRE : « Jésus-Christ cet inconnu »

Un « hors-série » du Figaro entièrement consacré à Jésus. Rédigée en partenariat avec l'Ecole Biblique de Jérusalem, cette revue de 170 pages, abondamment illustrée, fait le point sur les connaissances historiques et exégétiques que nous pouvons avoir actuellement sur Jésus. Une excellente vulgarisation que les moins initiés pourront lire avec un intérêt historique et religieux garanti.

12,90 € dans les bonnes librairies.

 

RÉUNIONS DES CATÉCHISTES, PARENTS-ANIMATEURS ET BÉNÉVOLES

Jeudi 30 janvier à 20h, aux Frênes à Warnach, pour préparer la catéchèse communautaire du dimanche 9 février et le jeudi 27 février à 20h pour préparer la catéchèse communautaire du dimanche 8 mars.

 

ABONNEMENT À L’ÉCHOTIER 2020 (Bulletin d’information des paroisses de la Haute-Sûre) 

Pour l'ABONNEMENT À L’AVENIR DU Luxembourg : s’adresser au secrétariat paroissial (063/601213) ou chez Arsène Grandjean (061/21 27 62).

 

NEUVAINE DE PRIÈRE À ND DE LOURDES : DU 3 AU 11 FÉVRIER

Comme c’est la tradition dans notre secteur depuis 20 ans déjà, et malgré une nette baisse de sa fréquentation ces trois dernières années, nous réinvitons les chrétiens de nos villages à la neuvaine de prière qui se vivra chaque jour dans un village différent ; une manière de vivre un mini pèlerinage aux églises et chapelles de notre Secteur, en portant les intentions des uns et des autres et celles de toutes nos communautés et familles dans une prière confiante et simple à Notre Dame. Il est tellement plus facile de « durer » dans la prière en la vivant ensemble. Appel donc à ceux qui le peuvent pour nous rejoindre, ne serait-ce qu’occasionnellement, dans cette démarche.

En semaine, la messe de neuvaine sera célébrée après la récitation du chapelet qui commencera à 18h30. Chaque messe ou office sera clôturé par le chant du Salve Regina.

Une seule messe est prévue pour l’ensemble du Secteur le samedi de la neuvaine : le samedi 8 février, à 19h à Honville, après le chapelet qui débutera à 18h30 ; le dimanche 2 février chapelet et vêpres de la Vierge Marie à 17h à l’église de Warnach. Pendant toute la durée de la neuvaine, il n’y aura pas de messe à la chapelle des Frênes à 18h30.

Retrouvez le programme de la neuvaine pour 2020 dans la rubrique « prochaines célébrations ».

 

FÊTE DE LA CHANDELEUR

Son nom officiel est la Présentation du Christ au Temple. C’est la fête de la lumière qui termine le temps de Noël. Comme les festivités qui entourent la Nativité, la fête de la Chandeleur est liée à la lumière. Mais aussi à la purification, la fécondité, la prospérité, toujours très proches dans les croyances et les traditions.

A l’époque romaine, vers le 15 février, on fêtait Lupercus, le dieu de la fécondité, au cours Les Lupercales. C’était le début de la saison des amours chez les oiseaux.

Chez les Celtes, on trouvait un rite lié à la purification : la fête d’Imbolc le 1er février. Ce rite, en l’honneur de la déesse Brigid, célébrait la purification et la fertilité avec le retour de la vie en cette fin d’hiver. Les paysans portaient des flambeaux et parcouraient les champs en procession, priant la déesse de purifier la terre avant les semailles.

Au 4ème siècle, le pape Gélase remplace le rite païen des lupercales par une fête religieuse, la fête de la Chandeleur, la festa candelarum ou fête des chandelles (chandeleur vient de candela – la chandelle), où l’on commémore, 40 jours après Noël, l’épisode évangélique de la présentation de Jésus au temple. Dans la tradition juive, en effet, tous les garçons premiers-nés y étaient présentés après leur naissance. Dans le Temple, nous rapporte saint Luc, vivait le prophète Siméon qui reconnaît dans cet enfant le Messie attendu par Israël. Il dit que Jésus est « la lumière qui se révèle aux nations ».

En Orient, c’était jour chômé. En Occident, on portait des torches en procession, signe de lumière. Ce n’est qu’en 1372 que cette fête sera officiellement associée à la purification de la Vierge. Dans les églises, les torches sont remplacées par des chandelles bénies que l’on conservait précieusement chez soi, autant pour signifier le Christ comme lumière pour le monde que pour éloigner le malin, les orages, la mort... et invoquer les bons augures sur les semailles d’hiver en vue de produire les bonnes moissons de l’été suivant.

Aujourd’hui, on bénit les cierges pour rappeler que Jésus est lumière du monde.

On connaît aussi la Chandeleur en tant que jour des crêpes. Par leur forme ronde et dorée, les crêpes rappellent le disque solaire, évoquant le retour du printemps après l’hiver sombre et froid.

Dans certaines régions, la tradition voulait aussi qu’on ne range la crèche de Noël qu’à partir de la Chandeleur, qui constitue la dernière fête du cycle de Noël.

 

AMIS DE LOURDES

Les zélateurs et zélatrices se présenteront à votre domicile dans les jours et semaines à venir pour vous proposer la carte de membre des “Amis de Lourdes” au prix de 3 €. Merci de leur réserver bon accueil. Le montant des bourses de pèlerinage a été fixé à 150 €.

Le tirage des bourses de pèlerinage des amis de Lourdes aura lieu le dimanche 29 mars aux Frênes, au cours du goûter qui suivra la célébration communautaire du Sacrement des malades à l’église de Warnach à 15h.

Les zélateurs et zélatrices peuvent dès à présent retirer leurs cartes au secrétariat paroissial.

 

TARIF DES MESSES DANS LE DIOCÈSE DE NAMUR 

 La Conférence des Évêques francophones de Belgique a décidé récemment l’augmentation du Casuel pour les funérailles religieuses, qui passe de 160 € à 200 €. Le changement prend cours à la date du 1er janvier 2020. Les dernières modifications dataient de 2010 et 2015.

Plusieurs raisons ont conduit à cette décision : l’augmentation des divers prix et prestations ; les charges plus nombreuses, pour le diocèse de Namur, des divers services diocésains (frais de déplacement, formations des acteurs pastoraux, activités et événements…) ; la part relativement minime de cette augmentation dans les frais généraux à assumer lors d’un décès.

Le diocèse tient cependant à rappeler, et à faire savoir, que personne ne peut être privé de funérailles religieuses pour des raisons financières : les personnes en difficulté financière seront accueillies et les frais seront alors portés par la communauté paroissiale locale, selon des modalités à convenir ; dans de tels cas, le célébrant renoncera toujours à la part qui lui revient.

La nouvelle répartition du Casuel est donc la suivante, à partir du 1er janvier 2020 :

- Mariage et funérailles (avec ou sans eucharistie) : 200 €

- Dernier Adieu (lorsque les funérailles ont été célébrées dans une autre paroisse) : 80 €

- Service (par exemple messe anniversaire en dehors des messes habituelles) : 80 €

  (toutes ces sommes comprennent la part qui revient au célébrant, à l’organiste, à la fabrique, à l’évêché etc)

- Messe lue (= basse) ou chantée : 7 €.

 

LOCATION DE DEUX BIENS RURAUX

 Le Conseil de la fabrique d’église de Sainlez porte à la connaissance du public qu’il met en location les biens ruraux suivants :

Terre « Au Seinvet » Sect. B 913 E et 915 F formant un ensemble de 1 ha 63 a 80 ca.

Terre « Sur les Plains » Sect. B 906 K de 1 ha 68 a 46 ca.

Ces terres sont libres d’occupation.

Le cahier des charges et les formulaires de candidature, qui seront les seuls valables, sont à retirer chez Mr Ghislain Parache, trésorier de la Fabrique, N°4, à Livarchamps - 6600 Bastogne.

Les candidatures doivent être adressées à Mr Ghislain Parache, par lettre recommandée remise à la Poste au plus tard le 15 mars, le cachet de la poste faisant foi. L’enveloppe portera la mention « location de bien rural ». L’ouverture des candidatures se fera à la maison paroissiale « Villa Sinlaris » (ancien presbytère) à Sainlez le mercredi 25 mars à 20h.

 

LES RENDEZ-VOUS DES FRÊNES

      ► Vivre le carême comme un chemin vers Pâques

     Un Carême alternatif en communion avec les Frênes :

     du mercredi des cendres 26 février au lundi de Pâques 13 avril => 40 jours : Carême + 8 jours : Semaine Sainte et Pâques

- Des textes à méditer

- Des prières (en communion chez soi)

- La récollection

- En communion et partage avec les minorités chrétiennes (Syrie-Irak-Liban)

- Des pistes pour une vie sobre

- Re-découverte d’un jeûne actif (avec méthode pratique)

Vivre ce temps de montée vers Pâques comme une période alternative dans l’année ; avec cette quarantaine, sera exploité le rythme biologique reconnu médicalement : en 40 jours, le corps accomplit les cycles principaux du métabolisme humain.

Pour recevoir le feuillet-calendrier de Carême avec les pistes proposées et le programme pratique avant le 26 février 2020

(par e-mail ou par envoi postal) :

nous prévenir avant le 15 février.

 

      ► Récollection de Carême 

Du vendredi 13 mars 2020 en soirée (eucharistie à 18h30 à la chapelle) au dimanche 15 mars à 14h.

     ► Souper solidaire de la « Laetare »

Le vendredi 20 mars 2020 dès 19h30.

PAF adultes 20 €, jeunes 10 €, menu enfants de 6 à 12 ans 5 €.

Inscriptions aux Frênes pour le 10 mars.

     ► Pâques

Table ouverte aux Frênes, le dimanche de Pâques 12 avril à 12h30 ; pour marquer dans la joie la journée la plus importante du calendrier des chrétiens, autour d’une    table fraternelle. Invitation à tous et participation aux frais libre. Inscriptions aux Frênes pour le 2 avril.

 

QUELQUES ADRESSES DE CONTACT

Secrétariat paroissial : « Les Frênes »

           Venelle st Antoine, 52                           (0032) 063/60 12 13

           6637 Warnach-Fauvillers                   les.frenes@skynet.be

 

Abbés Philippe MOLINE et Roger KAUFFMANN:

           même adresse que ci-dessus

 

Diacre Paul VERBEEREN

           Chemin du Scheid, 61         063/ 44 66 46 – 0486/32 54 79

           6637 Warnach-Fauvillers          paul.verbeeren@skynet.be 

 

Diacre Emmanuel DAVID

           Route de Sainlez, 22                                       061/21 68 29

           6637 Honville-Fauvillers       emmanuel.david@lu.pwc.com

 

Vous trouverez toutes les informations

  • liées aux paroisses, sur le site :    www.paroisseshautesure.be

Ajouter un commentaire