Avril 2020

 

Agneau pascal warnach1

  • Nom du fichier : Echotier avril 2020 couverture
  • Taille : 226.97 Ko

Télécharger

  • Nom du fichier : Echotier avril 2020 texte
  • Taille : 633.18 Ko

Télécharger

  • Nom du fichier : Echotier avril 2020 4e de couverture
  • Taille : 601.35 Ko

Télécharger

EDITORIAL : la Semaine Sainte

La Semaine sainte était autrefois un événement marquant dans la vie de nos villages. Il n’en est plus ainsi aujourd’hui. Force est de constater la lente érosion de l’assistance aux offices de cette semaine si essentielle pour entrer dans le mystère pascal qui est le cœur même de la foi des chrétiens. Aujourd’hui, beaucoup de chrétiens participent tout au plus à une messe de Pâques… et encore.

C’est dommage, car il y va de la dynamique et du mouvement qui animent ces jours qui nous donnent de célébrer les évènements fondateurs de la foi chrétienne et d’en actualiser le sens.

A chacun donc de (re)faire les choix qui conviennent, même s’il faut pour ce faire bousculer nos habitudes et le rythme de vie certes plus difficile aujourd’hui qu’hier. Nous vous y invitons fortement.

Dans notre secteur pastoral, nous avons opté pour une seule célébration pour l’ensemble du secteur le Jeudi saint (eucharistie à Martelange), le Vendredi saint (chemin de croix à Fauvillers, marche à la croix et office de la passion à Livarchamps-Honville) et le Samedi saint (veillée pascale à Sainlez). N’hésitez pas à rejoindre ces assemblées « régionales » et, si vous le pouvez, à y apporter votre contribution active (chants, lectures, service de l’autel…).

Ci-dessous, quelques clefs pour mieux entrer dans l’intelligence spirituelle de ces jours saints.

Philippe Moline                                                                                                                                        Roger Kauffmann


Semaine sainte

Dimanche des Rameaux et de la Passion

Le Carême s’achève. Nous entrons dans la Semaine Sainte par une liturgie qui joue un peu le rôle d’une « ouverture » dans une œuvre musicale dont elle fait entendre par avance les principaux thèmes. Une liturgie unique qui synthétise, avec un rare bonheur, deux grandes traditions concernant la préparation immédiate de la Pâque du Seigneur.

D’une part, la tradition de l’Eglise de Jérusalem depuis la fin du 4ème siècle, avec sa PROCESSION DES RAMEAUX : pour faire mémoire de l’entrée de Jésus dans la Ville Sainte, les chrétiens de Palestine se rassemblaient sur le mont des Oliviers, puis, après la proclamation de l’évangile du jour par un diacre, processionnaient vers Jérusalem, les enfants agitant des palmes.

D’autre part, la tradition de l’Eglise de Rome où, ce même dimanche, on lisait le RECIT DE LA PASSION de Jésus.

C’est donc à juste titre que la réforme de Vatican II a donné le nom de « dimanche des Rameaux et de la Passion » à ce dimanche qui rassemble dans une même célébration, les deux versants de l’unique mystère pascal : d’abord l’acclamation du Roi messianique, humble et pacifique, puis la contemplation du Christ Serviteur souffrant ; cette liturgie atteint son sommet dans la LITURGIE EUCHARISTIQUE qui est le mémorial de la mort et de la résurrection du Seigneur.

Jeudi saint

« Avec la messe qui se célèbre le soir du jeudi de la Semaine sainte, l’Eglise commence le triduum pascal et s’applique à rappeler la dernière Cène, au cours de laquelle le Seigneur Jésus, la nuit même où il fut livré, aimant jusqu’au bout les siens qui étaient dans le monde, offrit à Dieu son Père son Corps et son  Sang sous les espèces du pain et du vin, les donna à ses apôtres en nourriture, et leur ordonna, à eux et à leurs successeurs dans le sacerdoce, de les offrir »(Cérémonial des Evêques).

Une célébration centrée sur les gestes du Seigneur au soir de la Cène, des gestes à refaire en mémoire de lui :

Geste enraciné dans la longue tradition de son peuple, du PAIN ROMPU ET DE LA COUPE PARTAGéE sur lesquels Jésus prononce les paroles dévoilant le sens de sa vie donnée, qu’elles ressaisissent, et de sa mort, qu’elles annoncent. Un geste à refaire en mémoire de lui, comme le mémorial de la Pâques nouvelle, sa Pâques et la nôtre en la sienne.

Geste insolite, surprenant, radical du LAVEMENT DES PIEDS. Moins geste d’humilité que geste profondément théologal où se révèle le vrai visage de Dieu ; un geste qui nous livre quelque chose du bouleversant secret divin : « Il y a en Dieu, écrivait le Père Varillon, un éternel lavement des pieds ».

Vendredi saint

Une célébration toute centrée sur l’écoute du récit de la mort de Jésus, dans l’évangile de saint Jean. Mais pour entrer dans ce récit de la PASSION, nous avons besoin d’être préparés. Aussi tout commence-t-il par le prophète Isaïe qui ose présenter le Serviteur broyé par la souffrance, écrasé par la douleur et pourtant promis à la Lumière.

L’office du Vendredi saint, un des plus anciens de la liturgie latine, se termine par la longue prière universelle, qui nous rappelle que le chrétien est un priant et que sa prière englobe tout l’univers.

Pâques

Les chrétiens, dont la religion est issue du judaïsme, fêtent Pâques en fonction de la Pâque juive « Pessah », qui commémore l’exode d’Egypte, c’est-à-dire la délivrance du peuple juif quittant le joug des Pharaons. 1350 ans après que le peuple d’Israël eut quitté l’Egypte, se déroulera à Jérusalem un événement qui allait changer la configuration religieuse de l’humanité : la mise en croix, la mort et la résurrection d’un homme nommé Jésus, âgé d’une trentaine d’années, désigné comme fils de Dieu. C’est la Pâques chrétienne.

C’est la lune de printemps. Au fur et à mesure que la terre en tournant, fera basculer les continents vers l’ombre, la lune pascale offrira sa lumière aux chrétiens marchant vers les églises encore enténébrées. Un feu s’allumera. Même si beaucoup de nos contemporains ont perdu la mémoire de cette autre nuit pascale où Jésus a traversé la barrière de l’ombre et de la mort pour naître à la lumière véritable, il suffit parfois de peu pour que quelques flammes fassent naître le feu de Dieu dans le cœur des hommes. Et toutes les communautés de croyants qui veilleront en cette nuit pascale suffisent pour que passe d’âge en âge la mémoire du Christ ressuscité. Jusqu’à ce jour…

Th9pc105lf

PROCHAINES CELEBRATIONS

En raison de la consigne de confinement décidée par les pouvoirs publics pour lutter contre l'expansion de la pandémie de Coronavirus, toutes les célébrations publiques ont été annulées.

En photo : célébration des Rameaux en privé, à la chapelle des Frênes.

 

Chapelle2

INFOS DU SECTEUR

DÉCÈS

Nous recommandons à votre prière :

  • Monsieur Tony MAQUET de Hotte.

 

PROCHAIN N° DU BULLETIN PAROISSIAL « L’ÉCHOTIER »

Le prochain N° parviendra aux abonnés fin avril; toutes les annonces et intentions de messe susceptibles d’y figurer doivent parvenir au secrétariat paroissial pour le 1er avril.

 

LES RENDEZ-VOUS DES FRÊNES

Sont tous annulés en raison de la pandémie de Coronavirus, y compris l'exposition d'art sacré prévue initialement pour la Pentecôte.

QUELQUES ADRESSES DE CONTACT

Secrétariat paroissial : « Les Frênes »

           Venelle st Antoine, 52                           (0032) 063/60 12 13

           6637 Warnach-Fauvillers                   les.frenes@skynet.be

 

Abbés Philippe MOLINE et Roger KAUFFMANN

           même adresse que ci-dessus

 

Diacre Paul VERBEEREN

           Chemin du Scheid, 61         063/ 44 66 46 – 0486/32 54 79

           6637 Warnach-Fauvillers          paul.verbeeren@skynet.be 

 

Diacre Emmanuel DAVID

           Route de Sainlez, 22                                       061/21 68 29

           6637 Honville-Fauvillers       emmanuel.david@lu.pwc.com

 

Vous trouverez toutes les informations

  • liées aux paroisses, sur le site :    www.paroisseshautesure.be

Ajouter un commentaire