SOUTIEN A LA COMMUNAUTÉ RELIGIEUSE DE JABBOULE (Liban)

La communauté des religieuses Notre-Dame du Bon Service

Ecole de jabboule entree

Depuis plus de 20 ans le Secteur pastoral de la Haute-Sûre « parraine » Jabboulé, petite enclave chrétienne au nord de la plaine de la Beekka au Liban. Les religieuses de la congrégation des sœurs de ND du Bon Service qui vivent là prennent en charge une école pour plus de 300 enfants dont 80 sont en internat à l’orphelinat.

La situation économique de la région était déjà difficile suite à la guerre civile qui dévaste la Syrie voisine (la frontière n’est qu’à 20 km du monastère) ; elle est devenue catastrophique en raison des exactions menées par le groupe Daech, notamment contre les minorités chrétiennes de la région.

 

Carte liban 1

Pour la 23ème année consécutive, nous invitons les familles de notre Secteur (et d’ailleurs) à poursuivre cette année leur aide à Jabboulé.

Notre but est d’aider les religieuses de Notre Dame du Bon Service de Jabboulé et de leur permettre de maintenir leur présence fraternelle et priante dans la région tout en poursuivant leur activité d’accueil et de scolarisation auprès des enfants des milieux les plus défavorisés qu’ils soient chrétiens ou musulmans .

Cette année encore notre opération de solidarité s’inscrit dans le contexte difficile que connait actuellement la grande majorité des chrétiens d’Orient persécutés, tués ou contraints à l’exil.

Aider les religieuses de Jabboulé dans leur mission auprès des enfants

De mars 2017 à janvier 2018, nous avons versé 9500 € aux religieuses de Jabboulé (bénéfice souper libanais, « parrainages » via Solidarité-Orient ou les œuvres paroissiales, collectes, dons privés…) pour les aider dans leur travail de scolarisation mais aussi d’accueil des réfugiés. Merci déjà pour votre solidarité généreuse et active.

Tous dons et parrainages seront les bienvenus.

L’argent peut être versé :

  • si une attestation fiscale est souhaitée (minimum 50 €) : BE33-0015-1766-6646 de Solidarité Orient / Enfants du Liban - rue Marie de Bourgogne, 8 à 1050 Bruxelles. Tél. 02/512149, avec mention « Jabboulé »
  • si l’attestation n’est pas nécessaire : BE75-0011-3292-6351 de « Œuvres paroissiales », co A. Grandjean à Honville » avec mention « Jabboulé ».

 

Img 5910

Un souper libanais annuel

Chaque année, au mois de juin, nous organisons un souper typiquement libanais réalisé par des religieuses de Jabboulé, des amis libanais vivant en Belgique et quelques personnes de la région. 

Nous avons à chaque fois l'honneur d'accueillir une religieuse de Jabboulé qui représente sa communauté et nous partage les dernières informations du pays et du projet d'accueil d'enfants.

C'est pour tous l'occasion de se retrouver entre personnes porteuses du projet et d'échanger autour de cette belle solidarité.

Ob adac85 village de jabboule 2

Nous sommes tous des chrétiens d’Orient

Croix copte couleurs600

Il y a des saints de tous types et qualités… des saints populaires, des saints plus aristocrates, des militaires abandonnant les armes pour devenir « guerriers » du Christ, des saints voyageurs, des saints ermites vivant cachés dans des grottes, des îles, des forêts, des saints reclus, anachorètes ou stylites, des cénobites, des intellectuels et des illettrés, des stigmatisés, des pères et des mères de famille, des princes et des va-nu-pieds, des moines et des laïcs, … bref leurs caractéristiques sont innombrables tout autant que les attributs avec lesquels on les représente, statufiés ou mis en image.

La croix copte de la chapelle des Frênes nous relie particulièrement à saint Antoine du désert, le Copte (= l’Egyptien) , né vers 251, dont on connaît la vie par les écrits de saint Athanase, un de ses disciples.

Saint Antoine est considéré comme le père de tous les moines chrétiens, en Orient mais aussi en Occident car il est antérieur au grand saint Benoît. Antoine fut souvent ermite et, parfois contre son gré, responsable de communauté. En tous cas saint Antoine, par les aléas de l’histoire, nous rapproche de toutes les minorités chrétiennes en Orient, aujourd’hui attaquées, martyrisées, pourchassées dans divers pays dont l’Egypte (10 % de coptes), la Syrie, l’Irak particulièrement. Ils tentent de survivre à la barbarie de l’Etat Islamique… et à l’indifférence de l’occident. Les chrétiens chaldéens (parlant l’araméen, langue du Christ) ont fui Mossoul pour le Kurdistan. Des enfants ont été crucifiés. La guerre civile en Syrie et le califat de Daech livrent aux chrétiens une persécution impitoyable. Enlèvements, assassinats et ce jusqu’en Lybie : c’est un véritable GÉNOCIDE.

« L’humanité n’est pas héréditaire » (Marie Balmary). Il faut toujours recommencer les chemins de vraie tradition, d’éducation et d’éthique.

Sébastien de Courtois vient de publier un livre sur l’agonie de ces populations : « Sur les fleuves de Babylone nous pleurions. Le crépuscule des chrétiens d’Orient » - Editions Stock ; à lire aussi  « La malédiction des chrétiens d’Orient » chez Fayard 2014 par Jean-François Cosimo, directeur des éditions du Cerf.

Quand il y a vingt ans nous lancions les parrainages des enfants libanais (Jabboulé, 20 km de la frontière syrienne), nous ne pensions pas que l’évolution au Moyen-Orient serait à ce point scabreuse. L’indifférence devant les horreurs perpétrées nous placerait d’emblée du côté des bourreaux.

Si beaucoup ont été Charlie le 11 janvier 2015, que quelques-uns soient CHRÉTIENS D’ORIENT … pour toujours.

Philippe Moline.